revue de presse : Comment les banques centrales veulent verdir la finance

LE CERCLE - Dans une tribune, Sylvie Goulard et Sabine Mauderer rappellent l'engagement des banques centrales en faveur de la protection du climat et de l'environnement. Par Sylvie GOULARD (sous-gouverneure à la Banque de France), Sabine Mauderer (membre du directoire de la Deutsche Bundesbank).
 
Le changement climatique concerne-t-il les banques centrales ? La réponse est résolument oui. Le réchauffement planétaire des températures entraîne des risques financiers considérables, mettant en péril la stabilité de tout le système financier.

Ainsi la multiplication de phénomènes météorologiques extrêmes avec des canicules et des fortes précipitations peut détruire des actifs financiers, en rendant certaines zones inhabitables et en détruisant des récoltes. De plus, les changements de comportement et les changements politiques - comme l'abandon des technologies « brunes » - peuvent évincer certaines entreprises ou certains secteurs d'activité du marché et ainsi provoquer des pertes financières.

Tous ces risques financiers sont réels. C'est pourquoi les banques centrales s'occupent de plus en plus des conséquences du changement climatique pour la finance et encouragent activement son verdissement. Ainsi la Bundesbank et la Banque de France font partie des membres fondateurs du Réseau des banques centrales et superviseurs pour le verdissement du système financier - Network for greening the financial system (NGFS) -, qui, depuis 2017, s'est fixé comme objectif d'analyser les risques financiers liés au changement climatique et de soutenir la réalisation des objectifs de l'accord de Paris.

La pression pour agir est forte. Entre-temps 40 banques centrales et superviseurs bancaires des cinq continents ont rejoint le NGFS, soit cinq fois plus que lors de sa création. Aujourd'hui, nos membres représentent déjà 45 % du PIB mondial, ils contrôlent trois quarts des banques et deux tiers des compagnies d'assurances d'importance systémique dans le monde. Nous souhaitons convaincre davantage de banques centrales de pays en voie de développement, car ce sont les régions du monde les plus pauvres qui sont le plus impactées par les conséquences du changement climatique.
(...)

LIRE LA SUITE @ www.lesechos.fr

  • Donner l'exemple
  • Emprunts d'état verts

Nouveau call-to-action

 

partager cet article

CET ARTICLE A ÉTÉ POSTÉ AVEC LES TAGS: IA, intelligence artificielle, News, actus, comptabilité

CET ARTICLE VOUS A PLU

Abonnez-vous à InFinance le blog

Recevez par email les dernières actualités de la trésorerie d’entreprise.

DÉCOUVREZ TITAN TREASURY

« Découvrez la nouvelle solution de trésorerie dédiée à la gestion de tous les risques financiers. »

Titan Treasury Télechargez la présentation

NOS DERNIERS ARTICLES