Comment affronter les turbulences financières ?

Risques financiers : comment affronter les prochaines turbulences financières ?

Outre le risque opérationnel et les contraintes réglementaires fortes depuis plusieurs années, le "risque financier" se décompose en 3 risques majeurs : le risque de marché (change, taux et matières premières), le risque de contrepartie (crédit et tiers financiers) et le risque de liquidité (c'est à dire le risque que la société à de ne pas avoir la liquidité ou les lignes de crédits escomptées pour assurer ses futures obligations financières ou son développement).

 

Si aujourd'hui les trésoriers et directions financières disposent d'outils avancés pour le cash management, les paiements et la lutte contre la fraude ; avec la gestion des risques financiers, ils touchent la limite de leurs outils. Ils portent donc seuls un niveau d'exigence métier difficile à maîtriser avec les équipes et les outils classiques du marché. Pourtant les pertes d'opportunités, les impacts sur le résultat financier et les warnings d'entreprises ne cessent de fuiter dans les médias. Dans les prochains mois, les turbulences et incertitudes sur les marchés financiers vont s’accentuer, les équipes financières des entreprises vont devoir rester en alerte et agir.

Toutes les directions savent qu'elles sont exposées aux risques financiers. Pourtant, elles doutent que toutes les mesures et les outils soient correctement mis en œuvres pour les limiter, comme elles doutent également de la qualité de l'information qui remonte à travers les outils et processus existants.

L'enquête des cahiers techniques 2016 de l'AFTE (association française des trésoriers d'entreprise) confirme ce sentiment. Les trésoriers pensent en effet que leur application de cash management ne répond pas à leurs attentes sur ces sujets d'expertise.

 

Comment résoudre cette problématique ?

Des solutions simples (en SaaS ou On premise) existent pour accompagner les entreprises et leurs équipes dans la prévention et le suivi des risques financiers. Ces outils ne remettent absolument pas en cause le système d'information en place. Mieux... elles l'optimisent, tout en renforçant la sécurité et la qualité des informations internes. Elles améliorent le confort de travail des équipes et la communication entre elles.

"La gestion des risques repose sur la capacité d'une entreprise à disposer d'une vision globale de son risque financier.  Les couvertures (dérivés financiers) que les organisations mettent en place pour couvrir leurs risques sous-jacents (de marché et de contrepartie) portent elles-mêmes une part de risque intrinsèque ; surtout si elles ne sont pas correctement suivies par des outils d'analyse et des modèles éprouvés, correctement utilisés dans une stratégie globale de maîtrise des risques.

Les équipes des départements de la trésorerie et de la consolidation jouent un rôle important. La communication et le partage de l'information entre les services et les entités d'un groupe sont des enjeux bien intégrés par nos équipes, qui déploient des solutions avec des fonctionnalités qui répondent aux enjeux des différents services", précise Alexandre Marage - Consultant avant-vente et ingénieur financier de 3V Finance.

"L'accompagnement sur-mesure de nos clients, avec notre regard expert en matière de risque global, est clé. Nous aidons tous nos interlocuteurs (directeurs, comptables et trésoriers au front, middle et back-office...) à mettre en oeuvre les bonnes pratiques, les processus et les bons outils d'analyse du risque, en plus de tous les reportings standards dédiés à leur activité, quels que soient leurs métiers (finance, comptabilité, audit, compliance, contrôle des risques, prévision du cash et des financements, gestion des garanties...).

La gestion des risques ne consiste pas uniquement à tenir un journal d'opérations et suivre celles-ci, comme le font souvent les trésoriers avec  Excel ou dans les reportings classiques des applications de cash management.

Ce type de suivi est insuffisant voire dangereux pour l'entreprise, puisqu'il donne l'illusion de gérer son risque financier. Pire, il mettra l'entreprise et sa direction financière en difficulté aux premières turbulences sur les marchés financiers.

Je travaille beaucoup à la transcription comptable des opérations financières et de marché. Je constate que l'un des meilleurs indicateurs pour mesurer la bonne maîtrise de ces risques est le pourcentage d'automatisation des écritures comptables des opérations financières et de marché (incluant les événements financiers inhérents à leur gestion : valorisation, soulte, annulation, amortissement de prime, commissions, surcote décote, etc.).

Si l'ensemble du processus de gestion des opérations ne peut pas être géré automatiquement à plus de 95% (local gaap et IFRS) par les outils de la trésorerie, alors il y a fort à penser que la gestion du risque financier global est parcellaire et perfectible à bien des égards (organisationnel, technique : interface, confirmation, notification, automatisation, consolidation d'information...)."

telechargement-Risque Financier Global

Les trésoriers et directeurs financiers en charge de la gestion des risques financiers, doivent combiner les reportings classiques de gestion opérationnelle à des outils d'analyse avancés (incluant des "métrics") qui permettent à la direction financière, au comité exécutif et la trésorerie de prendre les décisions qui garantissent "réellement" une vision exhaustive des différents risques.

Sans "faux-semblant", la direction financière et les équipes de la trésorerie doivent suivre et sécuriser leur résultat financier prévisionnel et l'activité, via la maîtrise de leur besoin de financement prévisionnel, leurs risques de marché et de contrepartie.

L'absence d'une de ces composantes peut être préjudiciable à l'entreprise et sa pérennité financière.

Les solutions historiques de gestion de la trésorerie bénéficient très rarement de ce type d'expertise au sein de leurs équipes. Les directions financières et les trésoriers doivent s'assurer, derrière les accrochent commerciales et marketing, qu'ils seront accompagnés pendant et après la mise en oeuvre des outils de gestion des risques. Il doivent pouvoir s'appuyer sur un service professionnel et bienveillant pour les accompagner et faire face à des risques qui, eux, sont bien réels à un horizon certain.

partager cet article

CET ARTICLE A ÉTÉ POSTÉ AVEC LES TAGS: Risques financiers, Trésorerie

CET ARTICLE VOUS A PLU

Abonnez-vous à InFinance le blog

Recevez par email les dernières actualités de la trésorerie d’entreprise.

NOS DERNIERS ARTICLES