Risque de change transactionnel, les 3 clés d'un pilotage efficace

Le risque de change transactionnel : Dans cet article, vous découvrirez 3 principes clés ayant fait leurs preuves.

Le double visage du risque transactionnel

Si le risque transactionnel était une divinité, il serait très certainement Janus, le dieu romain au double visage.
Pourquoi ? Tout simplement parce que ce risque de change possède lui aussi deux “faces”.

Tournée vers le passé, sa première face (l’exposition bilancielle) concerne les éléments inscrits au bilan de votre entreprise, mais libellés en devises étrangères (créances clients, dettes fournisseurs, placements…).

Tournée vers le futur, sa seconde face (l’exposition prévisionnelle) concerne quant à elle vos opérations à venir, libellées elles aussi en devises étrangères (factures d’achat ou de vente, devis clients, catalogue de prix…).

Dans les deux cas, le risque transactionnel correspond à l’éventualité d’une variation future (et adverse) de la contre-valeur, dont votre entreprise peut tenter ou non de se prémunir, mais dont elle doit impérativement avoir conscience.

Problème, faute d’avoir implémenté les 3 bonnes pratiques listées ci-dessous, toutes les entreprises n’ont pas une connaissance précise de leur risque transactionnel...

3 clés pour piloter votre risque transactionnel avec succès

Disposer d’une méthodologie robuste est certes nécessaire, mais cela ne suffit pas à dompter le risque de change transactionnel de votre entreprise. En effet, encore faut-il que cette méthodologie soit appliquée correctement afin de mesurer avec justesse l’exposition bilancielle et d’estimer avec précision l’exposition prévisionnelle.

Clé N°1 : Établissez une cartographie exhaustive de vos risques

Sur la route comme en entreprise, le vrai danger se cache dans les angles morts. Veillez à établir une cartographie complète des éléments susceptibles de représenter un risque transactionnel pour votre entreprise afin de ne jamais être pris au dépourvu.

Clé N°2 : Synchronisez vos outils (en temps réel)

Des outils de vente aux outils comptables, en passant par les différents logiciels financiers, le recours à des outils asynchrones multiplie les risques d’erreurs de saisie. L’intégration de vos outils au sein d’un même espace de travail supprime ce risque opérationnel, et nombre de tâches particulièrement chronophages : double saisie, vérifications manuelles, exports/imports de données…

Clé N°3 : Construisez des reportings intelligibles

Détenir une information exhaustive et actualisée est un bon début, mais encore faut-il être en capacité de la comprendre et de l’interpréter correctement afin de prendre rapidement les bonnes décisions de gestion. Ne négligez donc pas la clarté de vos reportings et adoptez les meilleures pratiques de “data visualisation”.

Une fois votre risque transactionnel sous contrôle grâce aux 3 clés livrées dans cet article, il ne vous restera plus qu’à veiller en amont sur votre risque de change économique et en aval sur votre risque de change translationnel.
Le risque de change de votre entreprise sera alors maîtrisé de A à Z !

Cliquez sur la bannière pour télécharger la fiche produit.

CTA_banner_Risque_Change

partager cet article

CET ARTICLE A ÉTÉ POSTÉ AVEC LES TAGS: pilotage

CET ARTICLE VOUS A PLU

Abonnez-vous à InFinance le blog

Recevez par email les dernières actualités de la trésorerie d’entreprise.

NOS DERNIERS ARTICLES